vendredi 7 octobre 2016

Exposition d'Anaïs Boudot : Fêlures

Anaïs Boudot Fêlures

La Galerie Short Cuts présente du 7 janvier au 12 févier 2017 la série photographique Fêlures d' Anaïs Boudot. Cette artiste, née à Metz en 1984, diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure de la photographie et du studio du Fresnoy poursuit un travail autour de l’exploration des moyens photographiques. Le cœur du travail d’Anaïs Boudot consiste à explorer le processus  d’apparition de l’image ; les liens entre image fixe et animée ; et les interstices créés entre temps et mouvement. Elle cherche à créer des images à la fois énigmatiques et hypnotiques, hors du temps, au plus proche de la sensation, jouant sur les concepts de présence/absence, de trouble de la perception, et de la mémoire. Elle participe à sa manière au renouvellement du genre, interrogeant le devenir de la photographie. L’artiste se fixe comme objectif un dépassement des moyens propres à ce médium. Sa démarche repose sur le photographique et non la photographie et s’aventure vers le domaine de l’hybridation. Anaïs Boudot est la lauréate 2016 du Grand Prix Samaritaine de la jeune photographie d'un montant de 15.000 euros. Le jury était présidé par Sarah Moon et Antoine Arnault.
 



Anaïs Boudot Fêlures


Anaïs Boudot Fêlures




Lieux-Communs / Galerie Short Cuts
Rue Simon Martin, 2 à 5020 Champion
Samedi 12.00 - 18.00 entrée libre 
ou sur rendez-vous
galerieshortcuts@hotmail.be

jeudi 3 mars 2016

Romina Remmo - Chambres avec vues

Diplômée de l’ESAPV-Mons, Romina Remmo explore diverses pistes créatives (peinture, photographie, objets textiles…) afin de développer un univers sensoriel très singulier.
Romina Remmo

Elle a exposé à l’Iselp, au BPS 22, au Musée Ianchelevici … et a participé à l’exposition « Un air de Wallonie » (Namur) qui à l’initiative de Lieux-Communs dressait autour de Jacques Charlier un panorama de la création actuelle en Wallonie.
Une oeuvre de Romina Remmo vient d'être achetée par la Space Collection et a été présentée aux Abattoirs de Namur dasn le cadre de l'exposition "Espèces d'espaces" (commissariat Asbl Lieux-Communs).
"Sans qu'elle les dévoile totalement, les pensées de Romina Remmo sont sous-tendues, innervées, irriguées par le désir, le moteur le plus puissant de la vie, qui a fait dire à Dante que "tout espoir envolé, il reste le désir". Habile, précieuse, méticuleuse même, elle pénètre dans l'intimité corporelle avec les outils d'une chirurgienne de la couture. " Claude Lorent, La Libre 27/11/2015


Exposition les 12,13, 19 et 20 mars 2016
Lieux-Communs / Galerie Short Cuts
Rue Simon Martin, 2 à 5020 Champion
Samedi-dimanche 11.00 - 19.00 entrée libre 

samedi 23 janvier 2016

Sophie Patry - Autoportraits

 
 
Vernissage le samedi 6 février à 18 h
Exposition du 7 février au 4 mars 2016
Lieux-Communs / Galerie Short Cuts
Rue Simon Martin, 2 à 5020 Champion
Samedi 13.00 - 18.00 entrée libre et sur rendez-vous
 
La photographe Sophie Patry  est née et vit à Saint-Leu-La-Forêt, une ville d'environ 15.000 habitants, à 20 km au nord de Paris.
Après des études en cinéma, Sophie Patry s’oriente vers la photographie. Son travail photographique fait subtilement référence à des artistes qu’elle apprécie particulièrement comme Man Ray, Jerry Uelsmann connu pour ses montages photographiques ambigus qui déforment la réalité en juxtaposant des scènes n’ayant apparemment aucune relation entre elles, le photographe surréaliste Maurice Tabard qui fut proche de Magritte, Dora Maar, Brassaï ou encore Alix Cléo Roubaud, une femme très libre et sans tabous...
La formation cinématographique de Sophie Patry influe aussi certainement sur son approche de la photographie et notamment des films comme Rosemary's baby, Le bal des vampires, Shinning... qui mettent en scène un univers étrange, angoissant...
Elle crée des univers mystérieux, fantomatiques, hypnotiques qui  atteignent une forme d’intemporalité. Boulimique de photographie, Sophie Patry prend chaque jour des photos, les travaille ou prépare une future exposition.


Différents axes sont présents dans son travail. Des photos de paysages sont prises dans les Vosges mais aussi pour certaines dans  la forêt de Saint-Leu, une ville patrimoniale. Son travail comprend également une grande série d’autoportraits, dont une sélection est présentée à Namur. Une forme de dualité est souvent présente dans ses photographies :" Est-ce un combat avec moi-même ? Peut-être. C'est peut-être mon subconscient qui prend le dessus !"


Ces autoportraits sont hors du temps et, sur certains, seuls les tatouages d’une déesse et d’un dragon donnent une indication de temporalité.
Elle se livre totalement dans son travail photographique : "Une bonne partie de mon travail est basée sur l’autoportrait. C’est un face à face, une mise à nu. Il m’a fallu accepter de me voir, de me montrer aux autres. Au départ, je n’ai jamais pensé faire des autoportraits. Puis, me vient l’envie de travailler un visage, un corps. Je suis quelqu’un d’assez solitaire et n’ayant pas toujours de modèle sous la main, j’ai commencé à prendre quelques autoportraits, un peu comme un jeu, un défi, et c’est devenu un moyen de m’exprimer !"


Ce travail photographique est à la frontière de la performance et de la photographie, il peut être vu comme  une forme de performance photographiée.... A l’occasion de ses expositions, Sophie Patry réalise d’ailleurs un autoportrait dans le lieu même d’exposition.


Ce travail se caractérise par une grande forme de pudeur, révélée aussi par le côté "flou" des photographies mais en même temps celui-ci confère, paradoxalement, à celles-ci un aspect terriblement proche, intime...Le rapport au corps est fondamental dans le travail de l'artiste et même ses photographies de  paysages prennent une dimension corporelle.